Les espérances planétariennes

Buenos Aires: Récupérer le travail – construire le futur

Bulletin du FUP, n°2, mai 2007

 

« Le Front d’Unité Populaire (FUP), formé par les quartiers El Pato, Barrio 11 (Berazategui), Barrio Parque (Florencio Varela), San Jeronimo (Almirante Brown), lutte pour le droit au travail digne. Que nos compagnons aient leur travail, un salaire avec lequel maintenir leur famille, c’est pour nous une priorité. Pour cela le mouvement impulse différents projets de travail organisés autour des principes du FUP :Autogestion

L’autogestion est la pratique économique suivant laquelle les travailleurs sont les maîtres des outils de la production. L’autogestion est la manière d’organiser le travail sans patrons, les travailleurs sont ceux qui ont le contrôle des décisions, la planification et l’exécution de la production.

 

Solidarité de classe

C’est le principe historique de l’unité de tous les pauvres. Nous savons que la société dans laquelle nous vivons est divisée en classes: les pauvres et les riches, les oppresseurs et les opprimés, ceux qui commandent et ceux qui obéissent. Notre peuple fait parti des classes opprimées par le système capitaliste, cette unité est importante pour que nous luttions pour que n’existent plus les riches et les pauvres, et que nous puissions vivre dans une société avec égalité et liberté.

 

Soutien mutuel

Le soutien mutuel est le principe qui oriente notre attitude pour contribuer à la construction de la solidarité et de la coopération. Le soutien mutuel est contraire aux principes de la compétition et de l’égoïsme.

 

Indépendance de classe

L’indépendance de classe est un principe historique qui oriente la lutte du peuple à la recherche de la véritable émancipation des structures qui nous dominent. Cela signifit que l’union du peuple, notre lutte et organisation ne peuvent être divisés par les politiques, ni ne doit se laisser manipuler ou corrompre par les offres des gouvernements et de ceux d’en haut.

 Organisation du travail

Les projets productifs de notre mouvement sont ouverts à tous compagnons (hommes et femmes) qui sont prêts à travailler, se former et à accepter les responsabilités qu’implique le fait de participer à un groupe de travail du mouvement. Personne n’est obligé de travailler dans les projets productifs du mouvement.

Les groupes de travail s’organisent démocratiquement et les compagnons qui participent activement sont ceux qui prennent les décisions.

Dans les groupes de travail du mouvement il n’existe pas de patron, personne ne peut diriger le groupe sans travailler et personne ne peut prendre part à la répartition des bénéfices sans travailler. Toutes les tâches et décisions en rapport avec le travail sont de la responsabilité des compagnons qui travaillent dans le projet, tous doivent travailler et gagner de manière égale.

 Projets productifs du FUP

Durant l’année 2006 nous avons gagné par la lutte du mouvement des outils et des machines pour organiser des projets de travail. De cette manière nous avons obtenu les premiers postes de travail du FUP. Tout compagnon peut se joindre au projet qui l’intéresse. Les projets sont les suivants:

–         Ateliers de confection

–         Atelier de Sérigraphie

–         Boulangeries

–         Confection de sacs plastique

–         Potagers

Actuellement nous nous battons pour que les compagnons du quartier de Claypole puissent avoir leurs propres projets de travail. Et que pour les compagnons de tous les quartiers puissent intégrer un projet de travail.

 

                                                                      Travail coopératif

 –         Installer l’eau courante

–         Construire des trottoirs

–         Nettoyer les rivières

De la même manière que dans les projets productifs, est ouvert l’inscription dans tous les quartiers du mouvement pour travailler dans les coopératives de travail du FUP. Les groupes de travail s’organiseront sous la forme d’une coopérative et les oeuvres seront à la charge du mouvement. Jusqu’à présent nous avons la possibilité de commencer à travailler dans des tâches comme l’installation de l’eau courante, la construction de trottoirs ou le nettoyage des rivières dans les municipalités de Berazategui, Fcio Varela et A. Brown. Les groupes seront formés par le même nombre d’hommes et de femmes, les tâches seront réparties de manière égalitaire.

 L’expérience des ateliers de confection

Au mois de juillet 2006, les compagnes de l’atelier du Barrio 11 ont commencé la confection des chemises scolaires pour la province de Buenos Aires. En plus de leur permettre d’obtenir un revenu extra au plan (“allocation” chômage), les compagnes de l’atelier ont pu se former à la confection de vêtements. L’expérience du Barrio 11 a permit que cette année puisse rejoindre le travail plus de compagnes comme celles de El Pato a partir de février 2007. Depuis qu’elles ont commencé l’atelier, les compagnes ont assemblé 4 000 chemises. Aujourd’hui l’effort de toutes leur permet de toucher un revenu, de se former à un office et ainsi d’avoir plus de possibilité de donner une continuité à leur travail. Le mouvement veut construire un grand atelier pour que soient de plus en plus nombreux les compagnes et les compagnons qui puissent rejoindre la production textile du FUP.

 Formation en boulangerie et pâtisserie

Dans la boulangerie de Barrio Parque se réalisera une formation de boulanger et pâtissier, TOUS les compagnons peuvent participer, ceux qui sont intéressés devront aviser leur coordinateur pour que celui-ci leur donne les informations nécessaires. Les compagnons qui terminent la formation pourront avoir un poste de travail dans les boulangeries du mouvement, travailler avec d’autres compagnons et ainsi obtenir un revenu supérieur au plan. Etre intéresser par la formation et être mieux préparé pour le travail dépend seulement de nous.

 

* Bulletin distribué prioritairement aux membres du mouvement

1- Les personnes qui composent le FUP sont des personnes qui se trouvent complètement en dehors du “marché” du travail, la grande majorité d’entre elles n’a pas terminé leur scolarité, l’analphabétisme est très présent et elles ne disposent d’aucune formation professionnelle. Leur seul “revenu” assuré est l’”allocation” chômage (plan) du dérisoire montant de 150 pesos (40 euros), leur participation au mouvement leur permet l’obtention de colis alimentaires de la part de la part du gouvernement de la province. Un des objectifs du FUP est de sortir de la logique de l’assistanat et de développer dans les quartiers où il est présent des ateliers productifs, les seules ressources financières disponibles sont les subventions octroyées par les gouvernements provincial et national (à la seule condition qu’aucune contreparties ne soient exigées). http://amerikenlutte.free.fr

Publicités

juin 6, 2007 - Posted by | 3-Histoire et théorie anarchiste, 6-Résistances, Argentine

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :